Le WBS (Work Breakdown Structure) en quelques mots

Même si le WBS (Work Breakdown Structure) trouve son origine dans le programme ayant réalisé le missile POLARIS (premier missile à tête nucléaire) du département américain de la défense, c’est la NASA qui en 1962 publie un article décrivant l’approche en question.

Inscrivez-vous à notre webinar le mardi 9 octobre 2018 de 14H à 15H : Webinar WBS

Le WBS a pour objectif de décomposer tout le travail du projet en éléments plus petits et gérables. Son intérêt réside dans le fait qu’il permet de travailler sur des composants plus faciles à estimer, à planifier et à contrôler. Un WBS décrit l’objectif final, et non les moyens d’atteindre cet objectif.

Par exemple, si l’objectif du projet est de construire un avion, le WBS définit tous les éléments de l’avion terminé et opérationnel, avec un niveau de détail de plus en plus approfondi. Il ne spécifie pas la méthode de fabrication et d’assemblage de ces éléments, sauf si cette méthode fait partie intégrante du produit fini

Figure 1 – Exemple de WBS d’un projet de construction d’un avion

Niveau 1 : Le projet/programme complet

Niveau 2 : Les éléments majeurs du projet ou les sections les plus importantes

Niveau 3 : Les sous-éléments ou composants identifiables du niveau 2

Ainsi de suite pour les niveaux inférieurs.

Le WBS est utilisé très tôt dans le projet et tout au long de la vie d’un projet.

Sur certains projets (relativement courts), on pourra se passer d’un planning mais jamais d’un WBS. De nombreux projets échouent car le chef de projet s’est lancé dans un planning sans même réaliser le WBS qui pourtant est le pivot de la gestion du contenu, de la gestion du planning et de la gestion des coûts.

L’élément le plus fin de décomposition s’appelle le lot de travail. Chaque lot fournit un ou plusieurs livrables. Quand tous les livrables sont réalisés, le projet est terminé.

Quels sont les bénéfices attendus de l’utilisation d’un WBS ?

Le WBS permet d’identifier tout le travail à effectuer et seulement le travail à effectuer.

On peut réaliser des modèles de WBS type pour que chaque chef de projet puisse s’inspirer d’un modèle pour construire le projet. Cela facilite le lancement, diminue les temps de cycle des projets et améliore leur structure.

Un WBS bien construit permet une agrégation des coûts de l’élément le plus bas à l’élément le plus haut.

Il permet un meilleur suivi des activités, une amélioration des estimations et facilite la communication auprès des parties prenantes.

Démarche :

Étape 1 : Identifiez ce qui doit être réalisé pour obtenir le succès du projet.

Étape 2 : Définissez les livrables majeurs de votre projet.

Étape 3 : Décomposez chaque livrable dans un niveau de détail approprié pour faciliter le pilotage du projet.

Étape 4 : Réitérez les opérations ci-dessus jusqu’à ce que les parties prenantes soient toutes d’accord que la décomposition obtenue permette de garantir le succès du projet.

La démarche est plus détaillée dans mon livre

Quelques règles que vous pouvez utiliser pour construire un WBS de qualité :

  • Le niveau le plus haut de la hiérarchie représente le livrable final, à savoir le projet lui-même.
  • Les sous-livrables correspondent aux unités de travail assignées aux divers départements de l’entreprise ou membre de l’équipe selon la taille de votre projet.
  • Les éléments du WBS n’ont pas tous besoin d’être définis avec le même nombre de niveaux.
  • Chaque unité de travail doit définir l’effort, la durée et le coût des tâches à accomplir pour produire le sous-livrable correspondant.
  • En principe, chaque unité de travail doit pouvoir être accomplie en moins de 10 jours. Cela simplifie le suivi et le contrôle.
  • Les unités de travail de la structure WBS doivent être indépendantes les unes des autres.
  • Chaque unité de travail doit être unique, sans aucune duplication à d’autres endroits de la structure WBS.

Vous souhaitez mettre en place une méthode de gestion de projet efficace? Consulter la page conseils Méthodes projet

Cet article s’inspire du livre « Pratiques de management de projet » édité aux éditions DUNOD écrit par Vincent Drecq et d’éléments du site http://www.workbreakdownstructure.fr/

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites. En savoir plus et paramétrer les cookiesOk, tout accepter